Jour 10 : Las Galeras – Playa Frontón

Ce matin nous prenons un délicieux petit dej’, Esther est à nos petits soins et ses confitures maisons sont super bonnes. Elle nous donne encore pleins d’infos sur ce qu’on peut faire, comment y aller… Nous hésitions entre la plage Frontón et la plage Rincón mais comme c’est dimanche il vaut mieux aller sur les plages isolées (pas accessibles directement en voiture) si on veut être un peu tranquille. Nous décidons donc d’aller à la plage Frontón en Taxi Boat, nous nous rendons d’abord à la plage Las Galeras pour prendre le bateau. Les vendeurs de Taxi Boat nous arrivent direct dessus, et nous proposent des prix de folie, heureusement que Esther nous avait indiqué les prix de chaque excursion… Nous négocions donc pour payer le prix qu’elle nous avait dit soit 800 RD$ par personne (ça a été rapide vu qu’ils ont compris direct qu’on connaissait les prix et qu’on n’allait pas payer plus). On monte donc à bord du bateau et nous voilà partis.

Arrivés près de la plage on remarque direct les rochers et les coraux sous l’eau depuis le bateau, je sens que le snorkeling va être sympa !

A peine arrivés, on jette nos affaires sur la plage et on s’équipe pour aller voir les poissons ! Et en effet, c’est l’un des plus beaux snorkeling depuis la plage qu’on ait fait en Rep Dom. L’eau a une couleur magnifique, la visibilité est parfaite et il y a pleins de poissons : chirurgiens, papillons, girelles, coffres, demoiselles et on croise même un poulpe !

Après 1h à barboter dans l’eau on retourne sur la plage. J’en profite pour aller me balader pendant que mon chéri dort à l’ombre du palmier ! La plage est sympa, avec ses grandes falaises qui la surplombent et ses palmiers, tout à droite il y a aussi une autre petite plage isolée.

Puis nous retournons faire du snorkeling, on en profite à fond !

Nous y restons jusqu’à ce que le soleil disparaisse derrière les falaises (il ne faut pas venir trop tard à cette plage parce qu’à 15h il n’y a plus de soleil sur le sable). Nous rentrons donc pas trop tard et nous profitons de la piscine. Puis nous allons voir les restos, après plusieurs allers-retours à regarder les cartes le long de la rue principale on décide finalement de retourner Chez Denise ! C’était très bon et copieux, on a repris un risotto crevettes et safran et des langoustines grillées sauce fruit de la passion et pâtes fraîche à l’encre de sèche, encore un délice !

Puis nous rentrons à notre hébergement : le Bed & Breakfast Sol Azul : cette maison d’hôtes est vraiment un gros coup de cœur. La maison avec son toit de feuille de palmes est dans un magnifique jardin exotique avec piscine et lits-balançoires. De plus elle est bien située, à deux pas de la plage et de la rue principale. La chambre est très sympa, spacieuse, bien décorée… avec mezzanine, terrasse et un lit king size. Le petit déjeuner style buffet est très bien, bon pain « français », délicieuses confitures maison… et Esther se propose même de faire des œufs brouillés, au plat, omelette… à vous de choisir ! On déjeune dans la petite cuisine extérieure avec vue sur la piscine, elle est à disposition des hôtes et ils laissent toujours quelques fruits si on veut se servir pendant la journée. Les propriétaires Esther et Pierre sont très accueillants et aux petits soins, à peine arrivés on nous offre à boire et on nous montre tout ce qu’on peut faire dans le coin… 50 € la nuit


Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 9 : De Sabana de la Mar à Las Galeras

Ce matin au petit déjeuner je scrutais pour voir si la responsable était là pour négocier avec elle la demi-pension que nous avions réservé mais que nous ne voulions pas payer mais bien sûr elle n’était pas là et la réceptionniste ne voulait rien faire, j’ai dû lui expliquer 20 fois que ce n’était pas normal de payer 2 fois plus cher les repas et que normalement la demi-pension est censée être avantageuse et que donc je voulais payer tout ce qu’on avait pris mais pas plus… j’avais l’impression qu’elle ne comprenait rien… Je lui ai donc demandé d’appeler sa responsable parce qu’il était hors de question qu’on paie la demi-pension… Après un bon moment à discuter, elle l’a enfin fait et la responsable a accepté, ouf ! Le « taxi » (entre guillemets parce que ce n’est pas un vrai taxi mais le même qui nous avait amené jusqu’à l’hôtel, qui fait des déménagements…) nous attend depuis un moment, nous montons donc à bord de son 4×4 et nous partons en direction du quai pour prendre le bateau pour traverser la baie en direction de Samaná. Le bateau arrive vers 11h, le temps de faire le plein et nous partons (j’avais lu sur le routard qu’il fallait d’abord prendre des barques pour aller sur le bateau mais plus besoin parce qu’ils ont agrandit le quai, il y a maintenant une passerelle qui nous amène jusqu’au bateau).

La traversée de la baie est sympa et dure environ 1h. Seul bémol, une dame qui a jeté sa bouteille en plastique par dessus bord après l’avoir bien écrasée… Pour eux c’est normal… La mer est une poubelle…

Arrivés à Samaná nous montons à bord d’une guagua 4×4 jusqu’à Las Galeras (environ 45min), le chauffeur de la guagua est super sympa et il nous laisse devant la porte de notre hébergement Sol Azul.

Esther et Pierre sont très accueillants, ils nous offrent à boire et Esther nous donne pleins pleins d’infos pour visiter les alentours. Nous posons nos affaires dans notre chambre et nous partons en direction de la Playita qui se trouve à environ 15-20 min à pied (sans se tromper parce que à l’aller on a dû mettre le double, on a tourné en rond un bon moment avant de prendre le bon chemin, on a demandé à 3 personnes différentes… puis on y est enfin arrivé !).

La plage est belle, on est allé faire du snorkeling vers les rochers sur la droite et il y avait pas mal de trucs sympas à voir : poissons papillons, langoustines, étoiles, oursins, anémones, poissons porc-épic, poissons chirurgiens…

Comme le snorkeling ça creuse et qu’on n’avait rien à manger à midi, vers 17h on décide d’aller manger un petit quelque chose, on va voir au petit resto La Playita sur la plage si ils ont encore de quoi manger et la patronne nous prépare un repas de roi, super copieux, bon et pas cher : poisson, poulet, riz, tostones, tomates, aubergines grillées…

On reste jusqu’au coucher de soleil sur la plage puis on rentre éclairés par la pleine lune !

Le soir on retourne au resto et on remange comme si on n’avait pas mangé depuis des jours (pour info j’ai pris 5 kilos pendant ces vacances, je suis enceinte mais 5 kilos en 1 mois ça fait beaucoup !!!) en tout cas, c’était très bon et copieux, on a pris un risotto crevettes et safran et des langoustines grillées sauce fruit de la passion et pâtes fraîche à l’encre de sèche, un délice au resto Chez Denise.

Puis nous rentrons à notre hébergement : le Bed & Breakfast Sol Azul : cette maison d’hôtes est vraiment un gros coup de cœur. La maison avec son toit de feuille de palmes est dans un magnifique jardin exotique avec piscine et lits-balançoires. De plus elle est bien située, à deux pas de la plage et de la rue principale. La chambre est très sympa, spacieuse, bien décorée… avec mezzanine, terrasse et un lit king size. Le petit déjeuner style buffet est très bien, bon pain « français », délicieuses confitures maison… et Esther se propose même de faire des œufs brouillés, au plat, omelette… à vous de choisir ! On déjeune dans la petite cuisine extérieure avec vue sur la piscine, elle est à disposition des hôtes et ils laissent toujours quelques fruits si on veut se servir pendant la journée. Les propriétaires Esther et Pierre sont très accueillants et aux petits soins, à peine arrivés on nous offre à boire et on nous montre tout ce qu’on peut faire dans le coin… 50 € la nuit


Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 8 : Sabana de la Mar – Parque Nacional Los Haitises

Ce matin (vers 8h) on se fait réveiller par les cris des ouvriers et le bruit des engins… ils sont en train de construire un autre bâtiment dans l’hôtel, il y a plus sympa comme réveil… surtout qu’on est perdu au milieu de nulle part donc on pensait vraiment n’entendre que le chant des oiseaux… Puis on va prendre notre petit dej’, c’est un buffet mais il n’y a plus de pain, comme hier soir on est obligé de leur demander parce qu’ils ne voient rien… et j’ai demandé un thé qui n’est jamais arrivé… Comme on avait une excursion, il était l’heure de partir… Nous avons pris l’excursion avec l’hôtel, je voulais faire celle avec la plage vierge mais apparemment il y avait beaucoup d’algues dessus du coup on a fait l’excursion classique « Haitises Dos Cuevas : la ruta sencilla » qui dure 2h (1000 RD$ + entrée parc 100 RD$ par personne). Nous quittons l’hôtel vers 10h avec le guide et un autre couple, jusqu’à l’embarcadère Caño Hondo. Nous montons à bord d’une barque à moteur puis nous parcourons le fleuve et ses belles mangroves

pour arriver dans la Bahia San Lorenzo. Nous naviguons entre les falaises et les îlots de la baie appelées Cayos y Mogotes

et nous apercevons des pélicans et des sternes royales, surtout sur les poteaux où passait l’ancienne ligne de chemin de fer.

Nous retournons dans la mangrove et nous arrivons à la Cueva de la Linea, la grotte est pleine de dessins rupestres (pictographes) très bien conservés, il y a aussi quelques gravures (pétroglyphes) et il y a un immense trou dans son plafond.

Puis nous reprenons le bateau pour aller à la Cueva de la Arena qui se trouve près d’une plage, à l’entrée il y a une belle tête sculptée puis on rentre dans la grotte et la carte postale du parc est face à nous, le fameux trou dans le mur avec la vue sur une des îles de la baie que l’on voit partout !

Puis nous rentrons à l’hôtel, cette excursion nous a bien creusé du coup on se fait un bon lambi copieux au bord d’une des piscines de l’hôtel avec sa cascade en bruit de fond. Puis nous passons l’après midi à la piscine à nous prélasser, beaucoup de personnes viennent passer la journée à l’hôtel pour profiter de la piscine et des tyroliennes qui passent juste au dessus (c’est marrant de voir les gens passer et crier !), ce sont surtout des dominicains et malheureusement ils sont aussi sales qu’à la plage, ils laissent traîner leurs bouteilles de bière partout même dans la piscine et avec l’efficacité des employés celles-ci ne sont ramassées que le soir… Quel dommage surtout que l’endroit fait rêver… Nous allons aussi nous balader vers l’autre partie de l’hôtel Altos Caño Hondo où on a une belle vue sur les champs environnants et la baie au loin. Ce soir nous mangeons à la carte, tant mieux, le buffet d’hier nous a suffit, les plats sont bons mais le service est encore une fois nul nul, super lent (bon ça encore ça va, on est en vacances donc on a le temps) mais je n’aurais pas eu de dessert personne ne nous a posé la question et personne n’est revenu nous voir après avoir pris nos assiettes… En plus on avait pris la demi-pension donc on comptait bien en profiter vu le prix qu’on allait payer (900 RD$ par personne) mais c’est décidé il est hors de question que l’on paie la demi-pension alors que le buffet de la veille coûtait la moitié de la demi-pension (il y avait le prix sur la carte) et que notre repas du soir alors qu’on avait pris les plats les plus chers sur la carte n’arrivait pas non plus au prix de la demi-pension, on allait devoir négocié ça demain matin… Bonne nuit ! Notre hôtel :  Paraíso Caño Hondo 3212 RD$ la nuit

Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 7 : De Bayahibe à Sabana de la Mar

Aujourd’hui nous faisons notre plus gros trajet en guagua pour aller de Bayahibe à Sabana de la Mar (avec des changements à la Romana et San Pedro de Macoris, dites bien au chauffeur ou à celui qui fait payer où vous voulez aller ensuite pour qu’il vous laisse prêt de l’arrêt de l’autre guagua et n’hésitez pas à lui rappeler plusieurs fois parce qu’ils sont du genre à oublier…). Nous avons mis à peu près 4h parce qu’en plus nous avons fait une petite pause entre San Pedro et Sabana pour que le chauffeur et aussi les voyageurs mangent un peu, apparemment les repas sont sacrés en Rep Dom et il est hors de question d’en louper un !!! Le voyage en guagua est vraiment quelque chose à faire si on veut être plongé dans la culture dominicaine, entre la musique omniprésente selon les goûts du chauffeur mais souvent c’est de la salsa ou bachata ou aussi la radio locale qui raconte des sortes de fables avec des morales très intéressantes :) , les nombreux arrêts parce que le chauffeur, celui qui fait payer ou les voyageurs veulent acheter quelque chose aux vendeurs ambulants qui se trouvent au bord de la route (d’ailleurs la dame à côté de moi a acheté des mangues et elle m’en a offert :) ), les cris des voyageurs quand ils veulent descendre, la phrase type c’est « dejame » (laisse-moi) pour demander l’arrêt mais souvent le chauffeur n’entend rien avec la musique et le bruit du moteur donc tout le monde crie « dejala » (pour les femmes qui sont d’ailleurs souvent plus nombreuses dans les guagua) ou « dejalo » et aussi les odeurs de bouffe, d’animaux… La route est belle et sinueuse entre Hato Mayor et Sabana, la végétation est dense et les paysages sont très beaux. Il y a quelques parties de piste mais en bonne état. Arrivés à Sabana, nous nous arrêtons au Restaurant Jhonson, c’est un petit resto très typique, avec de bons plats à base de fruits de mer et accueil très sympathique.

Nous leur demandons si on peut aller à notre hôtel Paraíso Caño Hondo (qui se trouve à environ 10 km) en guagua mais apparemment ce n’est pas possible et nous pouvons seulement y aller en taxi, il y a le bureau du parc juste à côté et je vais me renseigner mais c’est bien ça, le taxi nous prend 1000 RD$ pour nous y amener ou alors nous pouvons y aller en motoconcho 300 RD$ la moto mais nous en avons besoin de 2 et avec mon gros ventre et notre valise… ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique… Finalement en discutant avec le patron du resto il nous dit qu’il connait quelqu’un qui fait des déménagements et qu’il serait d’accord de nous emmener pour 800 RD$ du coup nous choisissons cette option. L’hôtel est situé dans un endroit magnifique, en pleine nature, entourée de piscines naturelles. La chambre (3212 RD$ la nuit) est très belle avec mezzanine, balcon, hamac… Les matériaux utilisés sont la pierre, le bois et même des feuilles d’arbres… La responsable était là le jour de notre arrivée et elle nous a fait choisir entre 2 chambres donc c’était vraiment sympa et on était ravi, notre séjour commençait super bien (mais quand la responsable n’est pas là c’est autre chose…)

Nous nous installons dans la chambre et nous allons profiter de la piscine pour la fin de l’après-midi.

Pour le dîner nous allons dans la salle de restaurant qui est aussi très sympa, sur plusieurs étages et elle surplombe la piscine principale. Malheureusement pour le prix plusieurs choses nous ont vraiment déçus : premièrement il ne faut absolument pas prendre la demi-pension (900 RD$/personne, ça ne vaut vraiment pas le coup puisque le prix du buffet 450 RD$ ou les plats à la carte sont nettement moins chers) ensuite le dîner buffet était vraiment moyen (plats froids et pas très bons) et le service est pitoyable, ils ne vérifient pas si il manque des choses il n’y avait plus de dessert et on a dû demander à la serveuse parce qu’elle faisait des allers-retours à vide mais elle ne voyait même pas qu’il n’y avait plus de desserts… après un bon moment elle ne venait toujours pas… à cet instant là la responsable passe et nous demande si tout se passe bien… on lui dit qu’on attend les desserts depuis un moment… du coup elle va vite en cuisine voir ce qui se passe et comme par miracle 2 min après on se retrouve avec une montagne de desserts sur notre table !!!

Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 6 : Bayahibe – Parque Nacional del Este

Aujourd’hui nous voulons visiter le Parque Nacional del Este côté terre, sans agence et sans guide, mais il n’y a aucune info sur le guide du routard et difficile de trouver des infos sur le net, pratiquement tous les sites parlent des excursions sur les îles, mais c’est tout… puis je trouve enfin des infos sur le Sendero Padre Nuestro qui apparemment n’est pas loin de Bayahibe. Nous allons donc nous renseigner au bureau du parc, qui se trouve juste à côté du parking où se garent tous les bus des all inclusive, sur le chemin qui va en direction de la plage publique. La femme du bureau nous renseigne assez bien en nous disant que le sentier se trouve à la sortie de Bayahibe (qu’on peut y aller en guagua ou à pied), je lui demande comment est le sentier si c’est long ou pas… et elle me répond qu’il n’y a pas de problème et que je peux le faire même en étant enceinte « d’ailleurs c’est très bon de marcher enceinte » me dit-elle ! Elle n’a pas de carte à nous donner mais elle nous dit qu’on trouvera facilement. Nous nous dirigeons donc vers la sortie de Bayahibe, l’entrée du parc est à environ 15 min de marche du centre, juste après le croisement pour Dominicus sur la droite. A l’entrée du parc nous payons 200 RD$ par personne et on nous prête une carte plastifiée et des lampes torches pour aller dans la grotte. Encore 20 min de marche plus tard, nous arrivons au début du sentier. Jusqu’à maintenant le parc paraissait abandonné mais finalement l’entrée du sentier est très belle, bien entretenue, il y a un abris avec un toit en feuille de palmes avec des bancs et des grands panneaux explicatifs… La boucle fait 1,8 km.

Nous partons à la découverte du parc, le sentier est bien indiqué, nous suivons les panneaux pour découvrir la faune et la flore locale, nous passons par les différents points d’intérêt. Les plus intéressants sont : les plants de Guayigua, la forêt de Cactus, l’arbre pattes en l’air

et la grotte de Chicho. L’eau dans la grotte est d’une transparence impressionnante, c’est d’ailleurs cette eau là qui est bu dans la ville.

Après une bonne baignade entourés par les chauve-souris nous rentrons à Bayahibe. Cette promenade nous a donné faim et surtout soif du coup on va boire de bons cocktails au resto Saona Café et on goûte les salades aux crevettes et au poisson, elles sont très bonnes et copieuses.

Ensuite nous passons le reste de la journée à la plage publique.

Le soir nous dînons au ChikyBlu au bord de l’eau, bons sushis et délicieuses pâtes avec crevettes à l’orange, tomates cerises et pesto (copieux), service moyen.

Puis nous rentrons à notre hôtel Villa Iguana : l’hôtel est sympa, orange avec une paillote sur le toit, et bien situé, dans une rue calme (à part le coq voisin qui se met à chanter « hurler » tous les matins à partir de 5h…) à deux pas de tout. La chambre « economy » est simple mais bien entretenue (je pense qu’elles ont été refaites il n’y a pas longtemps) et très propre, elle est au rez de chaussée avec une « petite terrasse » (coin avec table et chaises dans une sorte de couloir). Le petit déjeuner (à payer en supplément 5 US$/personne) est simple mais surtout c’est le même tous les jours (toasts, confiture et yaourt à la fraise, jambon, fromage, œuf dur) seuls les fruits changent un peu. Et l’accueil des propriétaires, un couple d’italien, est moyen, ils ne parlent presque pas espagnol, à peine arrivés (à 20h30) on nous demande de régler et ils n’essayent pas trop d’échanger avec leur hôtes… 1750 RD$ la nuit/sans p. déj (9500 RD$ pour 6 nuits)

Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 5 : Bayahibe – Isla Saona

Aujourd’hui nous avons réservé l’excursion Isla Saona Premium avec Ryanna Sun (l’équipe est très sympa, Mimi la patronne met l’ambiance et leurs places réservées sur les plages sont très bien). On a RDV à 9h mais comme les horaires sont toujours approximatifs en Rep Dom, on part bien plus tard (j’ai pas regardé l’heure, de toute façon on est en vacances !). La mer est pas mal agitée (bébé est encore une fois secoué…) et le premier arrêt se fait au village de pêcheurs Mano Juan : typique, maisons en bois colorées, très belle plage presque déserte avec sable blanc, palmiers et eau turquoise… Dès notre arrivée on nous distribue des noix de cocos, pour boire de l’eau de coco. Puis après quelques photos sur la plage on part visiter le village avec notre guide Félix.

A notre retour on nous propose de faire une course à dos d’âne sur la plage (le moyen de transport le plus utilisé sur l’île),

moi je ne peux pas (et oui toujours enceinte !) mais mon chéri la fait et gagne une petite bouteille de rhum ! Ensuite on s’installe pour manger, le repas n’est pas super, barbec poulet/porc ou langouste (avec supplément, perso je trouve que ça ne vaut pas le coup, autant en manger dans un resto c’est moins cher et sûrement meilleur) avec riz et salade mayonnaise mais l’endroit réservé par l’agence est bien, on est sous une paillote sur la plage et il n’y a personne autour. Ensuite nous reprenons le bateau pour aller à la plage vierge Canto de la Playa : magnifique plage déserte, sable blanc, cocotiers, eau turquoise, barrière de corail… Le rêve !

Malheureusement comme tout rêve, à un moment il faut se réveiller et après avoir fait du snorkeling, on a vu des poissons papillons, chirurgiens, perroquets, coffres, cardinal… mais aussi des monnaies caraïbes et une raie pastenague.

Et un peu de baignade, c’est déjà l’heure de repartir… Nous nous arrêtons ensuite à la piscine naturelle où on peut voir des étoiles de mer géantes,  mais il n’y en a plus beaucoup, c’est très très touristique et pas extraordinaire. Le soir nous allons au resto Saona Café qui sert de très bons cocktails (mojito fruit de la passion) et jus de fruits frais façon smoothie, les tapas sont aussi très bonnes (crevettes citron très bien cuites) et les deux hamburgers au poisson aussi.

Puis nous rentrons à notre hôtel Villa Iguana : l’hôtel est sympa, orange avec une paillote sur le toit, et bien situé, dans une rue calme (à part le coq voisin qui se met à chanter « hurler » tous les matins à partir de 5h…) à deux pas de tout. La chambre « economy » est simple mais bien entretenue (je pense qu’elles ont été refaites il n’y a pas longtemps) et très propre, elle est au rez de chaussée avec une « petite terrasse » (coin avec table et chaises dans une sorte de couloir). Le petit déjeuner (à payer en supplément 5 US$/personne) est simple mais surtout c’est le même tous les jours (toasts, confiture et yaourt à la fraise, jambon, fromage, œuf dur) seuls les fruits changent un peu. Et l’accueil des propriétaires, un couple d’italien, est moyen, ils ne parlent presque pas espagnol, à peine arrivés (à 20h30) on nous demande de régler et ils n’essayent pas trop d’échanger avec leur hôtes… 1750 RD$ la nuit/sans p. déj (9500 RD$ pour 6 nuits)

Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 4 : Bayahibe – Boca de Yuma

Aujourd’hui nous avons prévu d’aller à Boca de Yuma, j’avais regardé le trajet sur le site : http://horariodebuses.com/FR/do/index.php et ça mettait 1h, seul problème personne ne veut nous laisser au croisement parce qu’apparemment c’est dangereux (tout est toujours dangereux pour les dominicains… Mais franchement de jour ça n’a rien de dangereux (on est passé à côté dans la 2ème guagua), il y a le village de Benedicto pas très loin du croisement sur la droite et c’est largement faisable à pied pour attendre la guagua à cet endroit là) du coup on a du prendre une guagua jusqu’à La Romana et là bas en reprendre une jusqu’à Boca de Yuma (à peu près 40 km aller-retour en plus…). On arrive donc à Boca de Yuma bien 2h30 plus tard, le village de pêcheur est sur un rocher, la vue est sympa

et il y a des jolies maisons colorées mais il y a aussi beaucoup de bâtiments abandonnés…

Depuis le centre nous marchons 700m (en suivant les panneaux) pour aller au resto El Arponero, recommandé par le routard mais en arrivant je suis étonnée, à première vue ce n’est pas une adresse très routarde… Grand resto moderne avec piscine, mais c’est bon et pas cher, ils servent entre autre des pizzas cuites au feu de bois.

Ensuite nous retournons vers le centre puis vers le petit port pour prendre une barque et traverser le fleuve, un monsieur fort sympathique nous amène de l’autre côté (pour 50 RD$ aller/retour par personne) et nous dit qu’on aura qu’à lui faire signe quand on voudra revenir.

On marche quelques centaines de mètres puis on arrive sur la plage, malheureusement à cause du vent du sud qui souffle, elle est pleine d’algues qui sont ramenées par le courant.

Nous restons environ 2h sur place à se baigner dans les vagues puis nous retournons en direction du fleuve, le monsieur venait de déposer des personnes du coup on a même pas eu besoin de lui faire signe et de l’attendre. On monte à bord de sa barque puis après avoir affronté le courant à la rame, on arrive de l’autre côté. Les pélicans et les pêcheurs sont aussi de sortie.

Ensuite on va attendre notre guagua pour La Romana, la guagua qui passe ne va qu’à San Rafael de Yuma comme c’est sur la route on la prend et le cobrador nous dit qu’il va nous laisser à l’arrêt pour La Romana sauf qu’une fois arrivés à Yuma il n’y a plus de guagua direct pour La Romana… Pourtant il n’est pas encore 18h… Bref du coup on est obligé de faire un détour par Higuey. A Higuey nous prenons une guagua expreso (grand bus avec clim et direct) pour La Romana puis on reprend une petite guagua pour Bayahibe et vers 20h30 nous arrivons enfin ! Le soir nous mangeons au resto BarcoBar (voir photos Jour 3), les jus de fruits façon smoothie sont toujours aussi délicieux, les plats sont aussi très bons et le serveur très sympa. Puis nous rentrons à notre hôtel Villa Iguana : l’hôtel est sympa, orange avec une paillote sur le toit, et bien situé, dans une rue calme (à part le coq voisin qui se met à chanter « hurler » tous les matins à partir de 5h…) à deux pas de tout. La chambre « economy » est simple mais bien entretenue (je pense qu’elles ont été refaites il n’y a pas longtemps) et très propre, elle est au rez de chaussée avec une « petite terrasse » (coin avec table et chaises dans une sorte de couloir). Le petit déjeuner (à payer en supplément 5 US$/personne) est simple mais surtout c’est le même tous les jours (toasts, confiture et yaourt à la fraise, jambon, fromage, œuf dur) seuls les fruits changent un peu. Et l’accueil des propriétaires, un couple d’italien, est moyen, ils ne parlent presque pas espagnol, à peine arrivés (à 20h30) on nous demande de régler et ils n’essayent pas trop d’échanger avec leur hôtes… 1750 RD$ la nuit/sans p. déj (9500 RD$ pour 6 nuits)

Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 3 : Bayahibe

Ce matin mon chéri doit faire ses deux dernières plongées (Ojo de Maria et Mama Reef) pour valider son niveau, comme la visibilité près des côtes n’est pas super pour le snorkeling, je ne l’accompagne pas (on va pas resecouer bébé pour rien voir…) et je reste à Bayahibe. Je me balade dans le charmant petit village de pêcheur avec ses petites rues et ses maisons colorées

puis le long de la rue qui borde la mer

et je continue en direction de la plage publique, je passe devant la baie où mouillent beaucoup beaucoup de bateaux

et je marche le long de la plage jusqu’au bout.

Les dominicains sont installés sous les arbres pendant que les enfants jouent dans l’eau, il y a plein de monde (on est dimanche) et pas mal d’ambiance.

Je retrouve mon chéri pour le déjeuner, et on va au BarcoBar, un bar/resto super sympa sur une petite plage déserte, la vue est superbe… Une des serveuses, très accueillante, nous propose de bons plats dominicains (lambi avec tostones (bananes plantains frites) et dorado avec légumes à la plancha), c’est bon mais le plus ce sont les jus de fruits frais (mangue, papaye, ananas, melon, fruit de la passion…) façon smoothie délicieux !

Nous passons tout l’aprèm sur cette petite plage (rien que pour nous !), nous reprenons un petit jus et une bière Presidente (qui d’après mon chéri est très bonne) avec vue sur le coucher du soleil avant de partir.

Le soir nous dînons au ChikyBlu au bord de l’eau, bons sushis et délicieuses pâtes avec crevettes à l’orange, tomates cerises et pesto (copieux), service moyen.

Puis nous rentrons à notre hôtel Villa Iguana : l’hôtel est sympa, orange avec une paillote sur le toit, et bien situé, dans une rue calme (à part le coq voisin qui se met à chanter « hurler » tous les matins à partir de 5h…) à deux pas de tout. La chambre « economy » est simple mais bien entretenue (je pense qu’elles ont été refaites il n’y a pas longtemps) et très propre, elle est au rez de chaussée avec une « petite terrasse » (coin avec table et chaises dans une sorte de couloir). Le petit déjeuner (à payer en supplément 5 US$/personne) est simple mais surtout c’est le même tous les jours (toasts, confiture et yaourt à la fraise, jambon, fromage, œuf dur) seuls les fruits changent un peu. Et l’accueil des propriétaires, un couple d’italien, est moyen, ils ne parlent presque pas espagnol, à peine arrivés (à 20h30) on nous demande de régler et ils n’essayent pas trop d’échanger avec leur hôtes… 1750 RD$ la nuit/sans p. déj (9500 RD$ pour 6 nuits)

Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 2 : Bayahibe – Isla Catalina

Ce matin on se lève tôt, on prend notre petit dej’ (à payer en supplément, le proprio a accepté de nous le faire sans avoir réservé) et on va directement à ScubaFun, j’avais pas mal discuter avec eux par mail parce que mon chéri doit terminer son niveau 1 FFFESM/CMAS de plongée (il lui manque les plongées en mer pour le valider et ils ont accepté de le faire même s’il est pas PADI) et ils m’avaient dit qu’aujourd’hui ils allaient à Isla Catalina, ce qui était parfait parce que comme moi je ne peux pas plonger (snif), je pouvais faire du snorkeling pendant que lui plongeait (c’est toujours ça !). On est monté à bord du bateau avec plus d’une heure de retard… On nous dit donc qu’on s’arrêtera qu’au premier spot de snorkeling La Pared (au lieu de deux, je ne suis pas très contente mais bon on n’a pas trop le choix…) et qu’on pourra continuer à en faire depuis la plage de Catalina… (mon chéri lui a pu faire ses deux plongées : La Pared et El Acuario). On est une quinzaine sur le bateau (vu le nombre de personnes sur les autres bateaux qu’on croise, c’est vraiment bien) et l’équipe ScubaFun est super sympa.

On s’arrête donc à La Pared où on fait du snorkeling pendant environ 1h, il n’y a pas une énorme quantité de poissons mais en cherchant bien on en trouve des sympas : poissons chirurgiens, girelles, sergents majors, demoiselles, labres, trompettes, coffres, papillons…

Puis on remonte sur le bateau, on nous propose boissons, fruits et délicieux petits gâteaux puis on nous pose sur la plage de Catalina (pendant que les plongeurs vont faire leur deuxième plongée El Acuario). Là c’est le truc hyper touristique, tout le monde s’arrête là, il y a des transats, la musique à fond, bar à volonté… Mais la plage est belle, je me balade un peu et comme tout le monde reste au même endroit, il y a des coins déserts…

Je fais aussi un peu de snorkeling, il y a quelques poissons : poissons gros yeux, grogneurs ou gorettes, chirurgiens, trompettes… mais surtout beaucoup de coraux morts, en même temps c’est logique tous les gros bateaux passent par là pour poser les touristes sur la plage…

Ensuite on nous appelle pour manger le barbecue sous une paillote, buffet avec poulet/porc et garnitures (moyen). Pendant qu’on mange, des oiseaux et des mapaches s’invitent !

Puis on retourne un petit moment sur la plage, vers 14h45 les gardes du parc arrivent et demandent à tout le monde de partir (comme c’est un parc national je pense qu’il y a des horaires à respecter…), nous rentrons donc à Bayahibe (la mer est plus agitée que le matin et bébé est un peu secoué… mais ça va). On va ensuite à la plage publique de Bayahibe, il faut marcher un peu pour s’éloigner de tous les bateaux qui mouillent dans la baie, mais la plage est sympa, sable fin et eau turquoise, pleins de dominicains (je pense que c’est parce que c’est le weekend) et la musique en fond (toujours !) (voir photos Jour 3). Le soir on dîne à Bamboo Beach, tenu par un français, vue sur la baie avec tous les bateaux, bon mais pas très copieux (salade de lambi et camarones au grill) et pas de cocktails (contrairement à ce qui est indiqué sur le routard).

Puis nous rentrons à notre hôtel Villa Iguana : l’hôtel est sympa, orange avec une paillote sur le toit, et bien situé, dans une rue calme (à part le coq voisin qui se met à chanter « hurler » tous les matins à partir de 5h…) à deux pas de tout. La chambre « economy » est simple mais bien entretenue (je pense qu’elles ont été refaites il n’y a pas longtemps) et très propre, elle est au rez de chaussée avec une « petite terrasse » (coin avec table et chaises dans une sorte de couloir). Le petit déjeuner (à payer en supplément 5 US$/personne) est simple mais surtout c’est le même tous les jours (toasts, confiture et yaourt à la fraise, jambon, fromage, œuf dur) seuls les fruits changent un peu. Et l’accueil des propriétaires, un couple d’italien, est moyen, ils ne parlent presque pas espagnol, à peine arrivés (à 20h30) on nous demande de régler et ils n’essayent pas trop d’échanger avec leur hôtes… 1750 RD$ la nuit/sans p. déj (9500 RD$ pour 6 nuits)

Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant

Jour 1 : De Santo Domingo à Bayahibe

Nous arrivons à l’aéroport de Santo Domingo avec un peu plus d’une heure de retard (le pilote a changé la route de vol pour éviter des vents violents), le vol s’est très bien passé (même si j’en peux plus de mes bas de contention ! Grossesse oblige…). Le temps de récupérer notre valise, de passer la frontière (moi je paye la taxe touristique de 10€, mon chéri qui a un passeport argentin a pour une fois un avantage et il ne paye rien) et de changer quelques sous (à Banreservas qui a le taux le plus avantageux à l’aéroport) nous arrivons à la sortie de l’aéroport vers 17h (et là comme d’hab ça me saoule… pleins de taxis nous arrivent dessus…). On demande à un policier (en pensant qu’il allait être honnête et qu’il allait savoir) de nous dire où on peut prendre le bus pour La Romana, il nous dit qu’il faut prendre un bus pour aller à Santo Domingo au parc je ne sais quoi parce que c’est de là que partent les bus pour La Romana et qu’il n’y en a pas qui partent d’ici mais qu’ils s’arrêtent à 18h donc il vaut mieux prendre un taxi sinon on va le louper (à ce moment là un taxi se rapproche et écoute notre conversation…). Je lui dis que j’ai vu qu’il y avait des guaguas depuis l’aéroport et que je sais qu’on a pas besoin d’aller en centre ville (se taper plus de 25km dans le mauvais sens et payer US$35 pour rien, non merci…) puis il parle avec son collègue et je l’entend parler de l’arrêt Las Americas, je lui dis que c’est là qu’on veut aller prendre le bus, il nous explique que c’est à 3km de là juste à la sortie de l’aéroport (il en aura fallu du temps pour lui sortir les vers du nez…) mais qu’il n’y a pas de bus d’ici pour aller à cet arrêt et qu’il faut y aller à pied donc que c’est pas une bonne idée et qu’il vaut mieux prendre un taxi pour aller en centre ville ou directement à La Romana ou Bayahibe… Et là le taxi qui nous écoutait depuis un moment nous propose de nous emmener à La Romana pour US$95 je lui dis qu’il est hors de question qu’on paye ce prix là alors que je sais que en guaguas on peut y aller pour 180 pesos par personne (j’avais demandé à notre hébergement à Bayahibe de me dire les tarifs), là il se rend compte que je connais un peu les prix et il commence à baisser son prix… Je lui dis non merci on va aller à pied à l’arrêt Las Americas et on va se débrouiller… On avance 100m et là c’est un loueur de voiture qui nous arrive dessus et qui nous demande où on va comme ça… Il nous propose bien sûr de louer une voiture mais finalement c’est le plus sympa de tous, quand je lui dis qu’on va à pied à l’arrêt Las Americas ils nous dit qu’on est inconscient et que c’est pour ça que les touristes ont des problèmes… Et il dit à mon chéri que vu mon état, il devrait prendre soin de moi (il a touché la corde sensible…), que c’est pas une bonne idée de faire 3km à pied avec cette chaleur et qu’on ferait mieux de prendre un taxi soit pour le centre ville à US$35 ou jusqu’à l’arrêt pour US$10. Je lui explique que depuis le début on nous propose que d’aller au centre ville, que personne veut nous emmener à cet arrêt et que j’en ai marre… À ce moment là le taxi qui nous suit depuis début se rapproche encore, le loueur lui demande s’il peut nous déposer à l’arrêt Las Americas et il accepte pour 400 RD$, je me dis que c’est cher pour faire 3km mais que c’est plus raisonnable que de marcher sous cette chaleur (en plus avant de partir en voyage, tout le monde m’avait dit de ne pas faire de folies et de faire attention… je vais donc pour une fois pas faire ma têtue et les écouter !) nous prenons donc un taxi. Le jeune qui conduit est sympa, il nous dépose à l’arrêt et prévient un des gars qui est sur place qu’on veut aller à La Romana pour qu’il arrête notre guagua. Après quelques minutes d’attente on monte à bord d’une petite guagua. Avec la musique à fond et la conduite à la dominicaine, c’est super typique et on oublie notre prise de tête de l’aéroport. On met à peu près 2 heures pour arriver à La Romana (avec un petit changement à San Pedro de Marcorís, comme nous étions plus que 3 dans la guagua celui « qui fait payer » nous a fait changer de guagua pour ne pas aller jusqu’à La Romana avec 3 personnes, c’est assez courant et il a payé l’autre guagua pour nous), là on demande au chauffeur de nous poser à l’arrêt des guaguas pour Bayahibe. Il s’arrête nous montre une guagua de l’autre côté de la route et nous dit que c’est celle ci qui nous amènera à Bayahibe et à peu près 30 minutes plus tard nous voici arrivés. On tourne un peu dans le village, on demande notre chemin et on trouve très vite notre hébergement. L’hôtel Villa Iguana est sympa, orange avec une paillote sur le toit, et bien situé, dans une rue calme à deux pas de tout… La chambre « economy » est simple mais bien entretenue et très propre, elle est au rez de chaussée avec une « petite terrasse » (coin avec table et chaises dans une sorte de « couloir »). L’accueil des propriétaires, un couple d’italien, est moyen, il est 20h30 et la première chose qu’ils nous demandent c’est comment on va payer… 1750 RD$ la nuit/sans p. déj (9500 RD$ pour 6 nuits) J’explique au proprio qu’on a que des euros, qu’on a pas eu le temps de changer d’argent et qu’on le paiera plus tard, finalement il nous donne les clés et nous montre notre chambre.

Nous lui demandons ensuite où est-ce qu’on peut changer de l’argent pour manger ce soir (et oui comme le taux est souvent nettement inférieur dans les aéroports, on change toujours le minimum mais là on aurait dû changer un peu plus…), il nous dit que tout est fermé et il ne propose même pas de nous en changer un peu… Je dis à mon chéri qu’on a qu’à aller voir, on va bien trouver quelqu’un qui nous change des euros dans le village, on demande à la banca juste derrière l’hôtel et elle nous dit que le mini market peut sûrement nous en changer et oui ils acceptent au même taux qu’à l’aéroport, ouf on va pouvoir manger ! Comme on est fatigué on choisit donc le premier resto qu’on voit Doña Clara au bord de l’eau, on s’installe sur une petite table entre deux arbres et on commande nos plats (salpicón de mariscos et pesca del día) qui sont bons et copieux.

Liens utiles :

Revenir au Carnet de Voyage ou aller au jour suivant